Nathalie, responsable de l’agence Bleu Voyages de Grenoble, est une passionnée du Vietnam. Depuis son premier voyage au début des années 2000, elle est tombée amoureuse de ce pays, riche par son histoire et par sa diversité géographique.

Elle nous livre ici ses immanquables, ses coups de cœurs et ses bonnes adresses, qui vous feront découvrir le pays que l’on surnomme le Dragon de l’Asie..

Bonjour Nathalie, pour commencer, peux-tu nous dire pourquoi connais-tu aussi bien le Vietnam ?

J’ai décidé d’aller dans ce pays pour la première fois en 2001, période à laquelle le tourisme s’est beaucoup développé là-bas. Puis j’ai lu une trilogie de romans, qui s’appelle Sud lointain, que j’ai adoré. Il commence au 19ème siècle et se termine au départ des américains… Suite à cette lecture j’ai eu envie de faire un second voyage pour aller en quelques sortes sur les pas des personnages des livres, notamment dans les régions où se trouvaient les colons français. Ensuite j’ai enchaîné et aujourd’hui j’en suis à 5 voyages !

Baie d'Halong
Baie d'Halong

Si tu en as, quels sont tes incontournables, à voir ou à faire ?

J’ai un coup de cœur pour le nord du pays, entre Hanoï et la frontière chinoise. C’est un endroit montagneux, où les rizières laissent place aux champs de maïs. C’est une zone où vivent encore beaucoup d’ethnies minoritaires, portant des vêtements traditionnels.

Pour la Baie d’Halong, je suis partagée. Il y a quelques années j’aurais dit que c’est incontournable mais ça a été un peu dénaturé par le tourisme de masse, la pollution, les saletés… on peut très bien tomber mais cela peut aussi être une catastrophe !

Il ne faut pas rater le Delta du Mékong : c’est le verger à fruits du Vietnam. On peut se promener à vélo le long des canaux dans de petits sentiers, en longeant des manguiers, des bananiers… et on peut aussi parcourir ces canaux en barques ! Et le Mékong est quand même un fleuve mythique.

Et pour les villes, tu as des préférences ?

En termes de villes, j’aime beaucoup Hanoï qui est en pleine évolution et qui est restée très authentique, par rapport à Hô-Chi-Minh-Ville par exemple. On trouve plus de traces historiques à Hanoï, alors que Saigon (l’ancien nom d’Hô-Chi-Minh-Ville) s’est davantage reconstruite et « occidentalisée » au fur et à mesure des années. 

Pont Thê Húc - Hanoï
Pont Thê Húc - Hanoï

Selon le type de voyageurs, quelle région conseillerais-tu ?

Pour des voyageurs qui aiment la randonnée et la découverte, je dirais qu’il est préférable de partir dans le nord, ou dans les hauts plateaux du centre. La ville de Buôn Ma Thuột et ses alentours sont magnifiques. Il y a notamment le lac Lak et des balades à faire à pieds. C’est un peu moins touristique que certaines autres régions. Il y a aussi des minorités ethniques qui vivent à cet endroit.

Entre Hanoï et Da Nang, il y a aussi un coin idéal pour les âmes aventurières : c’est le parc national de Phong Nha-Kẻ Bàng. On y découvre de très belles grottes comme Paradise Cave, ou encore Hang Sơn Đông qui est la plus grande grotte au monde.

Il y a énormément de temples et de pagodes bouddhistes à découvrir, notamment à Hanoï et à Hô-Chi-Minh-Ville. La plupart sont assez neufs étant donné que beaucoup ont été détruits durant les 3 décennies de guerre… La grande majorité sont gratuits mais les dons sont les bienvenus.

Les tunnels de Vĩnh Mốc sont également à voir. Ces 2 km de tunnels creusés font partie d’un réseau d’environ 140 km, creusés par la population pendant la guerre, pour se protéger des bombardements américains. Ils ont été construits comme de vrais villages souterrains, avec cuisine, salle de bains, hôpital, école… Ils abritaient une cinquantaine de familles. Il est intéressant de découvrir ces vestiges de la récente et douloureuse histoire du Viet Nam.

Grotte Hang Sơn Đông
Grotte Hang Sơn Đông

Et pour des voyageurs plutôt portés sur la détente et le repos ?

Pour profiter des endroits paradisiaques, je conseille l’île de Côn Đảo. Cette île est connue pour avoir abrité le bagne de Poulo-Condore au moment de la colonisation française. C’est une île encore assez préservée où il y a peu d’hébergements.

Il y a aussi la région de Nha Trang, sur la côte sud du pays, qui est magnifique et depuis laquelle on peut accéder à Ninh Van Bay, une baie paradisiaque, un vrai havre de paix.

Enfin la ville de Hội An, sur la côte centrale, est très plaisante. On peut à la fois profiter de la mer et découvrir la vieille ville à l’architecture marquée par les différentes périodes de l’histoire vietnamienne.

Plage de Nha Trang
Plage de Nha Trang

Dans les endroits dont tu nous parles, quels hôtels pourrais-tu nous conseiller ?

Parmi les plus beaux hôtels que j’ai pu voir il y a les Six Senses de Côn Đảo et Ninh Van Bay. Ce sont des hôtels vraiment splendides. A Huế, le Pilgrimage Village Resort est magnifique.

A Hanoï on peut trouver un des 5 Sofitel Legend du monde, le somptueux Sofitel Métropole, installé dans un très beau bâtiment de style colonial.

Dans la région de Hội An, il y a vraiment énormément d’hôtels de charme et l’avantage c’est qu’il y en a pour toutes les bourses.

Evidemment, au-delà des hôtels, il est possible de trouver de jolies guest house, bien placées et plutôt abordables.

Le + de la rédaction : quelques bons restaurants...

  • Ngon Villa (Hanoï, Hội An, Da Nang, Hô-Chi-Minh)
  • Madame Hien (Hanoï)
  • Les Jardins de la Carambole (Huế)
  • Waterfront (Da Nang)
  • Vy’s Market (Hội An)
  • Le Longanier (Phú An, dans le Delta du Mékong)
  • Ne surtout pas hésiter à goûter la street-food locale, en s’arrêtant aux nombreux petits “stands” que l’on peut trouver dans les villes !
Ninh Van Bay
Ninh Van Bay
Hội An, vieille ville
Hội An, vieille ville

Mise à part la trilogie Sud lointain que tu as déjà évoqué, y a-t-il des œuvres en rapport avec le Vietnam que tu recommandes ?

Il y a beaucoup de livres que j’ai apprécie sur le pays mais ceux que j’ai préféré ce sont Les Civilisés de Claude Farrère et Sur la route mandarine de Roland Dorgelès. Je peux aussi citer Le Cinquième bonheur écrit par Albert de Pouvourville, qui regroupe des nouvelles sur le Tonkin, l’ancien nom du Nord-Vietnam, lors de la colonisation française.

Pour toi, quand est-il préférable de voyager au Vietnam ?

Si on veut éviter les pluies torrentielles, il est préférable de partir dans le Nord et dans le Sud sur la période d’octobre/novembre à fin avril. En ce qui concerne le centre du pays, il vaut mieux privilégier les mois de février à juin. Au Vietnam, les variations de climat sont importantes selon les saisons et les régions.

Pluie sur le Mékong
Pluie sur le Mékong

Enfin, as-tu quelques conseils ou informations pratiques pour ceux qui vont se laisser tenter par un voyage au Vietnam ?

Pour aller au Vietnam, le visa n’est pas obligatoire pour des séjours inférieurs à 14 nuits. Au-delà, il faut prévoir, et à l’avance parce que ça peut mettre un peu de temps ! Attention, le passeport doit être valide au moins 6 mois après la date d’entrée dans le pays.  Pour ce qui est du voyage, il faut 11h30 d’avion pour relier Paris et Hanoï et un peu plus de 12h pour Hô-Chi-Minh (en vol direct). Côté décalage horaire, le Vietnam est en avance de 6h sur la France en hiver et de 5h en été. Pour l’électricité, le voltage est le même qu’en France (220 volts) et la majorité des hôtels sont équipés de prises occidentales. On peut quand même prévoir un adaptateur par sécurité. La monnaie locale est le dong, mais il est possible de payer en euro ou en dollars.

Il est recommandé d’être à jour dans ses rappels de vaccins avant de partir au Vietnam (le nord étant un peu paludéen) et sur place, il vaut mieux être vigilant à son alimentation. L’anti-moustique et la crème solaire sont obligatoires !

Pour finir, je pense qu’il est indispensable de partir en ayant prévu son programme à l’avance. A part pour un séjour long, on peut vite se laisser déborder par le temps, tant il y a de choses à voir et à faire.

Pour compléter votre lecture...

Retrouvez la recette des boules coco ou encore celle du traditionnel Bo Bun vietnamien. Vous pouvez aussi lire le récit de Mélanie sur son propre voyage au Vietnam.