Responsable de l’agence Bleu Voyages de Mouans-Sartoux, Solenna a visité le Japon au printemps. Une saison qui offre de magnifiques paysages à l’archipel, notamment avec ses nombreux cerisiers en fleurs.

Bonjour Solenna, tu as parcouru le Japon pendant 15 jours en avril dernier c’était ton premier voyage sur le sol Nippon ?

Solenna : C’est bien cela, après la Thaïlande, l’Inde, le Vietnam, cap sur le Japon et son archipel Yaeyama, le plus méridional du japon et…. Quelle découverte ! 

En tant que voyageuse émérite pourquoi as-tu choisi cette destination ?

Solenna : Le mont Fuji, les cerisiers en fleurs, toutes ces images de cartes postales que l’on a en tête quand on pense au Japon, m’ont inspirées pour déterminer mon programme.

Qu’as-tu trouvé au Japon que tu n’avais jamais vu encore ailleurs dans tes nombreux voyages ?

Ce qui est saisissant, c’est la culture très traditionnelle nippone qui côtoie le modernisme d’aujourd’hui (voir presque le futuriste !). La société japonaise est régie par des règles précises et les japonais font preuve d’une grande discipline : pas question de traverser en dehors des passages piétons, idem pour monter dans le train/metro : nous attendons notre tour derrière les marquages au sol.  C’est aussi le pays des courbettes japonaises ! Par contre l’anglais est peu pratiqué mais nous arrivons toujours à nous faire comprendre ! Et puis ce pays est tellement bien organisé que cela se passe super bien après l’appréhension du début !

Peux-tu nous faire ta liste des immanquables pour un premier voyage au Japon ?  

Le Mont Fuji et le lac Ashi

Le Mont Fuji bien sûr ! Tellement imposant et beau, au cône parfait.  La découverte des alentours du Lac Ashi, les fumerolles volcaniques sont des incontournables de la région. Ne pas oublier de faire un onsen ;  bassin d’eau chaude thermale. Le must : 4h30- 5h du matin pour voir le lever de soleil sur le Mont Fuji dans un bain extérieur à 40° lorsqu’il fait 5° dehors aura été un moment de zenitude qui n’aurait pu avoir son égal ailleurs, je dois l’avouer !

L’île de Miyajima

J’ai aussi adoré l’île de Miyajima – l’île sacrée – avec son grand toji Rouge vermillon dans la mer intérieure de Seto.
Sur cette île : sanctuaire shinto sur pilotis, pagodes merveilleuses, temples. … C’est un endroit très photogénique. Lascension du mont Misen devrait ravir les amateurs de randonnées. Pour les plus pressés, il y a le téléphérique !  En haut, la vue à presque 360°sur les îles est superbe. L’idéal étant de passer une à deux nuits sur l’île dans une maison traditionnelle, de préférence. Le matin et le soir, l’île se vide de ses visiteurs et une autre ambiance s’installe, beaucoup plus intimiste. Les lanternes s’éclairent à la nuit tombée. Il est alors temps de s’installer au comptoir d’un restaurant traditionnel où l’on mange la spécialité : des « onomiyaki » (une sorte de crêpe avec des légumes, des pâtes et un œuf sur le dessus). Elles sont préparées devant vous par les cuisinières sur leur plaques XXL. Lorsque les cerisiers sont en fleur c’est magique et cela doit l’être aussi en automne lorsque les érables deviennent flamboyants. C’est aussi une de mes plus belles expériences au Japon.

Kyoto

Kyoto, la ville aux 2000 temples mérite aussi de s’y arrêter quelques jours ! A la saison des cerisiers en fleurs, fin mars-début avril, de nombreuses manifestations culturelles animent la ville. C’est d’ailleurs à cette période que les japonais s’octroient quelques jours de congés. Ils s’habillent en costume traditionnel pour se balader. Les femmes sont très coquettes et les hommes jouent le jeu aussi ! Le soir, ils s’installent dans les parcs de la ville pour pique-niquer, c’est un moment de rassemblement joyeux. A la nuit tombée, certains temples proposent des spectacles de sons et lumières,  à ne pas rater ! Le chemin des philosophes est une balade fort agréable à l’ombre des cerisiers. Le quartier très traditionnel de Gion est envoutant avec ses ruelles pavées, ses maisons de bois, ses lanternes peintes, et ses temples. Le soir au détour d’une ruelle , nous avons croisé de furtives Geiko (les Geisha de Kyoto). Elles se peignent le visage de poudre de riz jusqu’à la nuque et ne s’attardent pas…Elles se faufilent dans les ruelles à toute vitesse, rentrent par une porte, en sortent d’une autre !

Le Japon, côté balnéaire

Autre décor de carte postale mais cette fois sur fond de lagon turquoise, sable blanc, poissons tropicaux, bougainvilliers et palmiers : les îles les plus au sud du territoire du Japon. L’ île principale est Ishigaki. Depuis cette île, nous avons rejoint en bateau d’autres îles encore plus sauvages. A 30 minutes de ferry, nous rejoignons Takétomi. Il faut louer des vélos pour faire le tour de l’île. Chemins de terre et de sable sillonnent le petit village aux maisons en bois et aux toits de tuiles rouges. Chaque maison a sa ou ses « shisa », statuettes de lion rouge rieur ou menaçant pour éloigner les mauvais esprits ! Une virée à bord de charrettes en bois tirées par des buffles d’eau peut aussi faire l’objet d’une balade sympathique. Les plages presque désertes et l’eau super claire invitent à une baignade délicieuse !  Depuis Ishigaki, nous sommes allés le lendemain à Iriomote.

Cette île possède une très belle forêt tropicale primaire. Une balade sur la rivière en bateau ou en canoë est un incontournable pour pénétrer dans la forêt. Sur cette île vit une espèce unique et endémique de chat sauvage. Cascades, sentiers de balade, font la joie des randonneurs. Plage de sable blanc étoilé et eau turquoise sont au programme aussi. En fin de journée nous sommes allés sur l’île de Yubu, uniquement accessible à marée basse avec les buffles d’eau. L’île principale Ishigaki n’est pas en reste car elle propose un spot de plongée très apprécié par les raies mantas. Aussi, plus au nord de l’île, la baie de  Kariba offre un point de vue magnifique sur la mer turquoise, les plages de sables blancs et la végétation dense des îles. Je n’avais encore jamais vu un tel panorama ! Malheureusement la baignade y est interdite car ici sont cultivés des huîtres perlières. Notre programme de l’ après-midi : musée de la perles et balade en bateau à fond de verre dans la baie .

En dehors des passionnés de manga à qui s’adresse cette destination selon toi ?

Solenna : L’archipel du Japon intéressera tous les voyageurs souhaitant découvrir une culture différente que nous ne retrouverons pas dans d’autres pays. L’île du nord dans la région de Tokaido passionnera les skieurs et les ornithologues pour admirer la célèbre Grue de Mandchourie. Les plongeurs trouveront aussi leur bonheur dans l’archipel des Îles du sud Okinawa, Yaeyama avec ses raies manta et ses coraux bleus (attention pour les raies, il y a une saison pour les observe,  d’avril à octobre !)

Enfin, quels conseils pratiques ou infos insolites pourrais-tu partager avec nos lecteurs ?

Solenna : Une étape assez méconnue des touristes et pourtant une ville charmante : Kurashiki. Son principal attrait est son magnifique quartier historique, dit Bikan. C’est  une ancienne ville de marchands, située le long d’un canal pittoresque bordé de saules pleureurs et cerisiers roses, traversé de ponts en pierre. A l’époque seigneuriale, c’était un port actif pour le commerce du riz. Plusieurs vieux entrepôts aux murs blancs et aux tuiles noires sont aujourd’hui transformés en galeries d’art, boutiques et restaurants. Le lieu a gardé une atmosphère envoutante. C’est une étape idéale pour quelques heures ou pour 1 nuit, entre Miyajima et Kyoto. Pour les fans de blue-jeans, Kurashiki est le berceau du jean japonais connu pour son excellente qualité de tissus !

Propos recueillis par Laurence, Directrice communication et Tourisme chez Bleu Voyages.

” On ne peut pas être déçu par la destination tant elle est si unique ! “

Contactez Solenna


Responsable de l’agence de Mouans-Sartoux (06)

04 92 98 36 36 | mouans@bleu-voyages.fr