acciden-de-scooter

Mon expérience : un accident de scooter au Vietnam

Une expérience de voyage difficile

Quand je dis « voyages, vacances… » Vous me répondrez sans doute, « évasion, bien-être, dépaysement »…

Et pourtant, même en vacances, nous ne sommes pas épargnés du pire… Mieux vaut être prévoyant, pour ne pas être pris au dépourvu et avoir les bons réflexes en cas de situations difficiles.

Je vous parle en connaissance de cause. Lors de mon voyage au Vietnam, j’ai eu un accident de scooter dans la ville impériale d’Hué. Moi, à part des bleus et brûlures, je n’ai rien de grave… Par contre, mon partenaire de scooter (qui est aussi mon partenaire de vie) est blessé au genou et est à la limite de perdre connaissance. Tout va très vite, c’est la panique. Des vietnamiens d’une extrême gentillesse s’arrêtent au bord de la route pour venir nous aider mais avec la barrière de la langue c’est compliqué (Ils ne parlent pas anglais et nous ne parlons pas vietnamiens). Petite anecdote, qui aujourd’hui nous donne le sourire : avec les moyens du bord, l’un d’eux nous a donné une couche propre, pour éponger la plaie !

Les ambulances sont très lentes dans ce pays et il n’est pas conseillé de les attendre. Heureusement, j’avais sur moi l’adresse de notre hôtel ainsi que le numéro de téléphone. Une des personnes a pu appeler la réceptionniste et lui expliquer notre situation. Puis elle a contacté un taxi pour nous ramener à notre hôtel. Tous les jours, j’avais les papiers de l’assurance avec moi sauf ce jour-là (comme par hasard !!). Je devais donc retourner à l’hôtel, récupérer les contacts de l’assurance, les appeler afin qu’ils me confirment les adresses hospitalières où nous pouvions nous faire soigner.

Une fois arrivée, l’assurance me conseille de faire plutôt venir un médecin à l’hôtel. Celui-ci vient le soir nettoyer la plaie. Puis le lendemain, nous prenons un avion pour Hanoi (j’apprendrais plus tard que cela aurait pu avoir des conséquences très grave…).

A Hanoï, la plaie commence à s’infecter et Thomas ne peut plus poser le pied par terre. L’hôtel nous conseille une très bonne clinique. Après nettoyage de la plaie et radio du genou, nous apprenons aussi que les ligaments sont touchés. De là, les médecins nous conseillent de réaliser une demande de rapatriement auprès de notre assurance. La première demande est refusée, car pour le médecin, Thomas peut continuer le voyage avec une paire de béquilles (Je pense que ce médecin ne s’est jamais rendu au Vietnam et ne connaît pas la circulation, notamment à Hanoï !). Nous ne désespérons pas et faisons une deuxième demande .

Nous avons eu beaucoup de chance

Après une attente de plusieurs jours, nous sommes finalement rapatriés en Classe Affaires (juste avec ce retour, le prix de l’assurance est vite amorti).

Ce n’est sans une certaine émotion que j’ai rédigé cet article. Aujourd’hui la plaie est cicatrisée et le genou stabilisé ! Cet épisode vietnamien est devenu une anecdote, mais j’ai eu très peur sur le moment. Les conséquences auraient plus être beaucoup plus graves, nous nous en sortons très bien. En plus de notre rapatriement, nous avons eu un voyage de compensation grâce à notre assurance, et sommes repartis 6 mois après en Colombie… Belle revanche !

Mes conseils pour prévenir des risques et gérer un accident

Avant de partir

  • En Europe : demander la carte d’assurance Maladie sur votre compte Ameli,
  • Vérifier les conditions et garanties de votre assurance de carte bancaire,
  • Souscrire à une assurance en plus de celle de votre carte bancaire. Certes c’est un budget important, mais faites-moi confiance, en cas d’accident, elle s’avère très utile !
  • Photocopiez vos passeports et carte d’identité,
  • Bien regarder les conditions du pays. Par exemple, j’avais lu dans le guide du routard, qu’il ne faut pas compter sur les ambulances au Vietnam,
  • Toujours avoir les papiers de l’assurance sur vous  (Ne suivez pas mon exemple), l’adresse et numéro de téléphone de l’hôtel, ou télécharger l’appli de l’assurance si elle est disponible.
  • Prévoir un peu d’argent de côté, s’il faut avancer les frais médicaux (les frais d’hospitalisation sont avancés par l’assurance*, mais pas les frais médicaux). Et bien garder les factures, pour la constitution de votre dossier, une fois rentrée.

Pendant l’accident

  • Vérifier les hôpitaux / cliniques partenaires avec votre assurance
  • Si vous êtes rapatriés, demandez à un médecin, qu’il rédige un document mentionnant que vous pouvez prendre l’avion. Au moment du rapatriement, la compagnie aérienne peut vous refuser l’embarquement si vous n’avez pas ce document,
  • Si votre première demande de rapatriement est refusée, ne pas hésiter à en faire une 2ème.

Après l’accident

  • Scannez toutes vos factures. Gardez bien tous les échanges avec l’assurance,
  • N’hésitez pas à les relancer,
  • Concernant le remboursement des frais médicaux, il faut d’abord envoyer les factures originales à la sécurité sociale** en courrier recommandé (bien scanner vos factures, pour garder un exemplaire). Les délais de réponse sont long (4 à 5 mois). Ensuite à votre mutuelle et en dernier lieu, à votre assurance qui vous remboursera le montant restant.

*Vérifier les conditions du contrat d’assurance souscrit.
**Procédure en vigueur en 2017

Conseils de l'assureur Presence Assistance

assurance voyage

Presence Assistance est l’assureur principal de Bleu Voyages. Spécialiste des assurances voyages, Sarah Reibenberg, responsable communication & Marketing chez Presence Assistance, nous livre les conseils de professionnels !

  • Ne pas penser que les cartes bancaires vous couvrent entièrement… Très souvent, elles offrent des garanties insuffisantes et couvrent très rarement l’annulation, les soins à l’étranger ou les pertes de bagages. Puis elles ne sont en aucun cas des assurances spécialisées pour le voyage. 
  • N’hésitez pas à demander à votre agence de vous montrer le tableau interactif, vous montrant les différences de garanties entre votre carte et le contrat qu’il vous propose.
  • Pensez bien à garder vos documents de voyages, ils seront indispensables pour vous faire rembourser en cas de sinistre. (Exemple : étiquettes bagages, cartes d’embarquement…)
  • En cas de problème avec vos bagages, ne quittez pas l’aéroport sans avoir demandé une attestation de la compagnie aérienne, constatant le dommage !
  • Si votre contrat comprend de l’assistance, et que vous vous avez besoin d’y avoir recourt, avant toute chose appelez les ! Cela permettra qu’ils prennent tout en charge (selon les montants garantis) et que vous n’ayez pas à avancer les frais. Un vrai plus quand on est en vacances, surtout quand on sait qu’aux États-Unis se faire hospitaliser peut vous couter jusqu’à plusieurs années de salaires !